Immersion en Inde : « Le ministère du bonheur suprême »

Ce passionnant roman d’Arundhati Roy vous permet de voyager depuis votre canapé. Dès les premières lignes, vous êtes plongés dans les faubourgs de Delhi, avec Anjum. Les thèmes de l’intolérance, du racisme, du nationalisme sont abordés au travers de son histoire, et de celle de quelques autres personnages hauts en couleur. Anjum, née hermaphrodite, fait partie de la caste honnie et crainte des « hijra ».

Arundhati Roy est une écrivaine indienne mondialement connue pour son premier roman « le dieu des petits riens », et pour son engagement en faveur de l’écologie, des droits de l’homme, et de l’altermondialisme.

A découvrir…

Ci dessous l’article intéressant de Télérama :

Autour d’un « hijra », personnage hermaphrodite, l’écrivaine indienne signe un récit-fleuve qui embrasse l’histoire chaotique de son pays. Eblouissant.

« Rien n’est trop petit pour mériter d’être mentionné, rien n’est trop grand qui doive effrayer », nous disait avec douceur il y a vingt ans Arundhati Roy, de passage à Paris dans le cadre de la tournée mondiale accompagnant les traductions planétaires de son premier roman, Le Dieu des petits riens. Un projet dont la réalisation avait occupé plus de quatre ans de sa vie — elle avait 35 ans quand le livre parut, en 1996, en Inde —, avant d’aboutir à un manuscrit de quel­que quatre cents pages, couronné par le Booker Prize en 1997. Un grand avenir semblait promis à l’auteure, et si ce fut bel et bien le cas, le terrain où il s’accomplit fut, lui, inattendu : désertant la scène littéraire, Arundhati Roy s’imposa sur la scène politique indienne et internationale, activiste et essayiste de la cause altermondialiste, notamment.

Le retour à la fiction qu’on n’attendait plus a donc eu lieu vingt ans après. Et le viatique qu’Arundhati Roy énonçait jadis demeure étonnamment efficient : « Rien n’est trop petit pour mériter d’être mentionné, rien n’est trop grand qui doive effrayer », voilà qui évoque avec justesse cet objet romanes­que foisonnant, touffu, enchevêtré, esthétiquement hétérogène parfois, labyrinthique souvent, qu’est Le Ministère du bonheur suprême. Tout ensemble un roman intimiste et une fres­que qui, ­naviguant entre présent, passé et passé antérieur, embrasse l’histoire tumultueuse de l’Inde de la seconde moitié du xxe siècle et du début du xxie (les suites toujours conflictuelles de la partition de 1947 qui vit naître l’Union indienne et le Pakistan, l’exacerbation incessante des tensions religieuses entre hindous et musulmans, les répercussions des dissensions et des chocs internationaux, l’insurrection du Cachemire, le développement du terrorisme, la permanence de l’ordre ancien des castes dans un pays par ailleurs grand ouvert sur la modernité…). Cela à travers le destin de trois ou quatre personnages principaux, et d’une foultitude étourdissante, voire déconcertante, de rôles qu’on n’ose qualifier de secondaires tant ils semblent, à eux tous, constituer et incarner une sorte de héros romanesque collectif : le peuple indien, multiple, innombrable, hautement contrasté.

Parmi les premiers rôles, outre la généreuse Tilo et son amant Musa le Cachemiri, sur lesquels se concentre la seconde moitié du roman, figure Anjum, sur qui se focalise la première partie — l’épilogue les verra tous rassemblés. Anjum, née hermaphrodite dans un faubourg populaire de Delhi, et qui, en tant que telle (ni homme ni femme, ou les deux à la fois…), intègre la caste honnie et crainte des « hijras ». Le fil de son destin accidenté, à la fois consacré par la tradition et bousculé par les événements, est aussi le fil rouge de ce roman (faussement) privé de vrai centre, qui parfois semble contenir la matière de deux, cinq, dix fictions. Et qui, malgré ses excès, ou à travers eux, grâce à eux, captive et éblouit tant il regorge d’énergie, d’idées et de faits, de scènes précises comme des miniatures ou grandioses comme des symphonies, parfois même les deux à la fois.

| The Ministry of utmost happiness, traduit de l’anglais (Inde) par Irène Margit, éd. Gallimard, 538 p., 24 €.

Nathalie Crom

Contact

D’où l’Envie de Voyager / 12 bis, rue des Landes / 78400 Chatou, France
Corinne Doulan / +33(7)50426890 / corinne@devoyager.com

Le blog

Des lectures, des idées, des expériences… qui vous donneront l’envie de voyager.

Prague avec une agence de voyages ?

Offrez vous un city break à Prague, et partez explorer la « capitale magique de l’Europe ».
Organisez votre séjour avec votre agence de voyages préférée ! Retrouvez dans cet article les avantages à vous adresser à un professionnel du tourisme

L’aventure au Maroc

C’est la destination choisie par Catherine, Thierry et leurs 2 enfants pour une petite semaine très dépaysante, à Pâques. (à partir de 1050 euros/pers). Après moins de 3h30 de vol depuis Paris, ils ont rejoint Marrakech.
Extrait du commentaire : « C’est donc un circuit hors des sentiers battus dont nous avons bénéficié. Sans ses conseils nous serions surement passés à côté de certains paysages… »

La Crète en famille

Challenge pour « D’où l’Envie de Voyager » : trouver un séjour qui convienne à des grands-parents, parents, petits-enfants ! ils sont revenus enchantés. Extrait des commentaires des plus jeunes : « Papou, ici c’est le paradis »
et plus en détail les commentaires de Jean-Jacques : « Nous avions décidé de fêter mes 70 printemps en famille. Destination la Crète,..

100% pure New Zealand : La certification

Kia Ora ! Nous voici désormais certifiés par l’office du tourisme de Nouvelle-Zélande : « 100% pure New Zealand specialist gold ». Notre passion pour ce pays nous a tout naturellement conduit à approfondir nos connaissances : activités sportives et culturelles, hébergements, transports… Nous avons développé des partenariats avec de nombreux acteurs du tourisme néo-zélandais…

Voir tous les articles